Une forêt méditerranéenne reboisée grâce aux dons des particuliers !

L'accélération du réchauffement climatique, marqué par des épisodes de sécheresse inédits, a causé des dépérissement importants dans les forêts françaises. Avec le soutien des donateurs particuliers, plusieurs projets de reconstitution ont pu être réalisés lors de la campagne de plantation d’hiver 2020-2021. Notamment en forêt de Notre-Dame de Parlatges, à proximité de Montpellier…

Ces dernières années, les conditions climatiques ont eu un impact défavorable sur les peuplements forestiers. Pour préparer l’avenir des forêts publiques et garantir leur résilience, les équipes de terrain étaient pleinement mobilisés cet hiver afin de redonner vie aux peuplements dévastés. Face à ce phénomène, la contribution des donateurs particuliers via le fonds de dotation a fortement encouragé les équipes de l’ONF. C’est avec à cette mobilisation que divers projets de plantations ont pu voir le jour, comme en forêt domaniale de Notre-Dame de Parlatges.

Dans le cadre de la thématique du Fonds "Planter pour demain", ce projet est le deuxième financé par les contributeurs particuliers, depuis la création de ONF-Agir pour la forêt. le Fonds a contribué à replanter 5 hectares au cœur de cette forêt fortement impactée par les conditions climatiques extrêmes.

Accompagner et adapter la forêt au futur

Plantation de cèdre (Parcelle en régénération) - ©Nathalie PETREL / ONF

Située dans le département de l’Hérault, la forêt domaniale Notre-Dame de Parlatges, couvre une surface de 2481 hectares. À seulement 30 kilomètres au nord-ouest de Montpellier, ce massif offre une diversité d’usages à destination des visiteurs, notamment auprès des randonneurs charmés par ses sentiers pédestres empierrés.

Cependant avec le contexte climatique actuel, cette forêt méditerranéenne pourtant habituée aux fortes températures, est devenue de plus en plus vulnérable face aux sécheresses excessives à répétition, occasionnant le dépérissement des peuplements. Il y avait urgence à agir !

Car si auparavant, la forêt a prouvé qu’elle était capable de s’adapter, aujourd’hui, le réchauffement climatique s’est amplifié à une vitesse inédite. Et faute de régénération naturelle, la main de l’homme est devenue primordiale pour veiller à sa sauvegarde tout en l'accompagnant vers la sylviculture de demain. Comment ? En reboisant avec une diversité d’essences adaptées aux évolutions du climat, tout en conservant et valorisant la végétation en place. Tel est le principe de la "Forêt mosaïque". Dans cette optique, des bouquets et jeunes semis de Pin noir d’Autriche, de Chêne pubescent et d’Alisier blanc ont été conservés, afin d’adapter les modalités de renouvellement dans l’espace forestier.

Au total, sur une surface de 5 hectares, 7300 arbres (1000 feuillus divers, 4000 cèdres, 2000 pins d'Alep et 300 sapins bornmuller) ont été plantés fin 2020. Sur le long terme, ce projet permettra de fortifier l’écosystème dégradé par ce boisement, contribuant aussi à la séquestration de carbone, à la régulation des phénomènes hydrologiques, et aussi à l’amélioration de la qualité des paysages.

Un grand merci à tous les donateurs, qui à nos côtés veillent à la sauvegarde du bien commun que sont nos forêts !

Plan de travail 71

(Re)découvrez le premier projet financé par les particuliers

En 2020, le soutien des donateurs via le Fonds, avait permis de financer un programme de reboisement en forêt domaniale de Sillé (Sarthe). Dans cette forêt impactée par une épidémie de scolytes, 3425 pins maritimes et 500 aulnes glutineux avaient pu être plantés en remplacement des épicéas malades.

En savoir plus sur :